Mon Plantain rescapé

17 juin 2016

zoom devant top Plantain

zoom décoletté top plantain deer and doe

 Autant annoncer tout de suite la couleur, ce t-shirt Plantain a failli finir dans une poubelle (mais vous le savez bien, ce n’est pas mon genre).

À la base, je voulais utiliser le Plantain modifié en robe, comme je l’avais déjà fait, pour en faire un top à basque mais j’ai cumulé les erreurs. D’abord, j’ai voulu utiliser un coupon de jersey rayé d’un mètre : je place mes pièces, tout rentre ! Sauf que les rayures sont verticales et on sait que ça n’arrange pas vraiment la silhouette… Donc je recommence avec des rayures horizontales et là ça rentre moins bien, tant pis, mon empiècement dos et ma bande d’encolure seront en deux parties.

adaptation t-shirt plantain jersey à rayures

zoom détail des empiècements

Après ça, je commence mais mon élastique est trop épais et gondole, donc je défais. Puis, je ne sais pas, j’ai oublié que pour faire des fronces, il fallait qu’une partie soit plus grande que l’autre. Mais moi, quand j’ai vu ça, j’ai découpé et constaté mon erreur trop tard… C’est là que j’ai pensé à le jeter, je l’avoue. Mais comme le haut du t-shirt fonctionnait bien, je me suis dit que ce serait un peu bête et j’ai réfléchi, pris un bout de jersey et j’ai inversé les rayures en créant une nouvelle pièce sur le devant. Et hop ! Un haut un peu original avec des rayures qui partent dans tous les sens mais complètement portable !

dos du t-shirt plantain en jersey

Je constate aussi que je viens donc de finir mon quatrième projet de mon objectif #makesix ! Il y en a deux que je ne vous ai pas encore présenté, l’un est la robe Burda car je l’ai complètement ratée et mon Mamas Bladrillejake parce qu’il faut que je le teigne.


Crédit photo : Morgane

Le temps d’un week-end #2 : Copenhague

8 juin 2016

Le week-end dernier, nous avons quitté les grèves et les inondations de la région parisienne pour nous envoler vers la capitale du Danemark : Copenhague !
Copenhague est réputée pour être une des capitales du monde où il fait bon vivre et c’est vrai que l’on voit tout de suite la différence (bon déjà, il faisait super beau et super chaud !), les gens sont tranquilles. Tout le monde se déplace à vélo (mais gare à vous si vous trainez sur les pistes cyclables) !

location airbnb copenhague

Nous sommes arrivés vendredi soir, nous avions loué un appartement par Airbnb dans le quartier branché de Nørrebron dans Jægersbroggade et ce fut une bonne surprise : design scandinave, moderne et rétro, très lumineux. On s’est dépêchés d’aller manger car la plupart des restaurants ferme vers 21h/22h. Nous sommes allés pas plus loin que dans notre rue, chez Manfreds, restaurant-bar à vin où évidemment, les serveurs sont français ! Après, ce qu’on dit de Copenhague est vrai, c’est bon, mais c’est cher. Si l’on prend l’exemple de ce restaurant, pour seulement un plat du jour et un verre, nous en avons eu pour 150 € pour cinq. Nous sommes ensuite allés boire une bière chez Mikkeller & Friends, un des bars qui reste ouvert le plus tard à Copenhague.

street art copenhague

brunch bowl énergie copenhague

Pour bien commencer notre deuxième jour, nous sommes allés prendre le petit-déjeuner chez Grød qui propose toutes sortes de porridge avec différentes garnitures (beurre de cacahuètes !!). Avec ça, vous êtes calés pour la journée ! Et heureusement car, nous n’avons ensuite fait que marcher !

maisons colorées à copenhague

ville libre de christinia à copenhague

cinéma palads à copenhague

stattue dans un cimetière à copenhague

Nous avons donc arpenté les rues en long en large et en travers, en passant par le centre-ville, les maisons colorées de Nyhavn, jusqu’à la ville libre de Christiania (étrange ambiance dans cet Eurodisney de la drogue...) et en s’arrêtant boire un coup au bord de l’eau pour regarder les bateaux passer.

Le lendemain, nous prenons un petit-déjeuner à l’appartement mais en passant à la boulangerie avant pour acheter des délicieux petits pains à la cannelle.
Cette fois-ci, nous prenons un vélo car nous voulons partir un peu plus loin et notre temps est limité car nous reprenons l’avion le soir. Nous avons loué l’équivalent du Vélib’ copenhaguois : le Bycyklen. Et bien, rien à voir avec un Vélib’, les Bycyklen sont des vélos à assistance électrique et ont un écran qui permet d’avoir une navigation GPS ! Avec ça, vous êtes tranquille pour vous balader dans les rues.

la petite sirène statue à copenhague

palais à copenhague

tour dorée dans le soleil couchant à copenhague

Nous sommes donc allés voir la célèbre statue de la Petite Sirène qui se trouve dans le port de Copenhague. Si elle est jolie et que c’est un peu l’étape obligatoire de la ville, profitez-en surtout pour aller voir le parc Churchill à côté et la caserne du Kastellet entourée de douves en forme d’étoile à la Vauban. On peut en faire le tour ce qui offre une jolie vue sur la ville.
Nous sommes ensuite repartis en ville pour manger typique street-food scandinave : un hot-dog ! Direction ensuite l’aéroport pour repartir à Paris (attention, la sécurité de l’aéroport ne rigole pas, prévoir large) !

hot-dog moutarde et ketchup à copenhague


Copenhague est donc une capitale où il fait bon vivre, je regrette d’y être restée si peu de temps car nous n’avons pas pu voir les musées qui sont presque tous gratuits. Et puis, j’aime prendre mon temps pour me poser et sentir l’ambiance. En tout cas, il faut vraiment en profiter et prendre un vélo pour se déplacer comme tout le monde (même si trois jours après j’ai encore des courbatures), tout est aménagé et on gagne du temps. Après Stockholm l’année dernière, cette escapade m’a vraiment donné envie de continuer mes visites dans les pays scandinaves !