Le châle Tigrou

16 sept. 2015




Ah la fin de l’été, le retour de l’automne… Tout ça me réjouis pour une bonne raison : je peux enfin sortir mon châle Tigrou !

La grande histoire de mon châle Tigrou commence ici…
Lors de mon voyage en Nouvelle-Zélande à la fin de l’année dernière, j’ai découvert la spécialité locale en matière de laine : la laine de possum. Le possum, ou opossum en français, est une sorte de gros rat poilu qui pullule là-bas et dont ils essayent de se débarrasser car cette bestiole mange les œufs ou les oisillons. Les rats, les opossums et les furets car ceux-ci n’ont pas de prédateurs directs, ils sont donc nombreux. De plus, certaines espèces d’oiseaux ne volent pas et sont alors des proies faciles. Donc les néozélandais mettent en place des campagnes pour les éradiquer en mettant du poison dans les forêts, ce qui n’est peut-être pas la meilleure des solutions… Bref, en Nouvelle-Zélande, les opossums, on les voit surtout morts, écrasés sur les routes... Les fourrures sont récupérées et mélangées avec de la laine mérinos ce qui donne une laine hyper chaude et très douce. (J’ai réalisé seulement un peu plus tard que j’avais quand même de la fourrure de possum autour du cou…) J’ai flashé là-bas sur des écheveaux teints à la main par Touch Yarn et j’ai choisi un écheveau magnifique qui mélange du violet, du bleu nuit, du rouille et du moutarde. Je n’aurai jamais cru aimer ces couleurs mais je ne sais pas, c’est l’exotisme de la Nouvelle-Zélande peut-être…



En revenant, j’ai très vite voulu faire quelque chose de mon écheveau. J’ai cherché un modèle de châle et j’ai commencé avec le Stucco. Mais ce modèle ne convenait pas à ma laine, trop nuancée, je ne voyais pas les différences de points. Je suis donc repartie en recherche d’un modèle avec du jersey, pour mettre en valeur la laine et j’ai trouvé le modèle Light and up.
J’ai tricoté très vite ce châle car j’étais fascinée par les changements de couleurs. Mais je l’ai tout de même fini au mois de mai et il faisait déjà trop chaud pour le porter. Et maintenant c’est bon ! Je peux parader avec mon châle de Nouvelle-Zélande, qu’il est beau, qu’il est doux et qu’il est plein d’histoires !


Laine : Possum Merino handpaint de Touch Yarn


Crédit photo : Morgane

L’autre pays du fromage

10 sept. 2015


 

Ceux qui me connaissent ne vont pas comprendre pourquoi je parle de fromage alors que je déteste ça… Mais cela vient du tissu utilisé pour ce haut ! Au départ, j’avais ce tissu que l’on m’a donné, un tissu à rayures bleues, blanches et rouges, bien français (« bleu, blanc, rouge… Je suis François le français ! ») mais moi, je préfère les rayures horizontales alors j’ai utilisé mon tissu dans l’autre sens ! Et hop, mon haut n’est plus une référence à la France mais aux Pays-Bas ! « L’autre pays du fromage ! »



Le patron c’est le célèbre Sorbetto, un patron de chez Colette Pattern, en anglais et gratuit. J’y ai ajouté des manches selon un tuto de Sew, incidentally. Ce patron est sympa car très simple mais le jeu du pli sur le devant lui donne une petite touche originale.
J’ai bien eu peur sur les raccords de rayures, c’était ma première fois et je suis plutôt contente de moi !
 

J’ai testé l’effet de ce haut sur mon entourage, je trouve qu’il a un petit côté marin mais de l’avis général, il a toujours aussi le côté « François le français »…


Matériel : tissu coton vintage + biais acheté chez Eurodif

Crédit photo : Morgane

Doux lapin

1 sept. 2015


Pour un bébé à naître, je suis tombée sur ce modèle issu d’un vieux Modes&Travaux. J’ai bien aimé l’idée de mélanger du tricot et de la couture. Et pour une petite fille, j’ai tout de suite imaginé associer un peu de mon tissu à fleurs (celui de mon haut Réglisse) avec de la laine corail spécial layette que j’avais en stock (et ainsi, je continue d’utiliser mon stock).




Pour la partie tricot, pas de difficulté, c’est juste très long de tricoter 60 cm de jersey en aiguilles 2,5 mm ! Commencé début août avec pour objectif de terminer fin août, mon tricot m’a suivi tout l’été, il a parcouru les routes de Corse et traversé la Méditerranée.
Pour la partie couture, ce fut une autre paire de manches ! Pas facile de construire cette petite tête ! J’ai dû doubler tous les éléments car mon tissu fleuri était transparent. Ensuite avec les yeux, le nez et la bouche à broder, j’ai eu bien peur de rater et que mon petit lapin ait le visage tordu mais finalement, je suis contente du résultat. Même si je trouve que mon lapin ressemble à une petite souris.

C’est un doudou pas si simple que ça à fabriquer mais l’association de la laine et du tissu fleuri donne un doudou tout mignon et bien pratique à prendre en main pour le bébé.

Matériel : tissu Les Coupons de Saint-Pierre, laine Ciboulette de Bergère de France