Les deux font la paire

15 déc. 2015

Approchez, approchez mesdames et messieurs car aujourd’hui, ce n’est pas une mais deux paires de chaussettes que je vais vous présenter !
Et oui, il s’agit de deux paires de chaussettes créées par Letipanda et qui seront regroupées dans une offre spéciale chaussettes. Parce qu’il paraît que 2015 c’était l’année de la chaussette, beaucoup de tricoteuses se sont lancées cette année, portées par les tricoteuses-podcasteuses Fille d’hiver et Cocotte knits, grandes fans de chaussettes. Moi, mes premières chaussettes, je les ai tricoté avec Letipanda, ses modèles sont vraiment très simples ! Si vous hésitez à vous lancer, n’hésitez plus et allez-y ! Vous trouverez forcément un modèle qui vous plaira.



La première paire, c’était une paire de chaussettes mystères, tricotées lors d’un KAL. On a vite découvert que cette paire jouait sur un ensemble de différents points pour créer plein de motifs. Ce n’est pas ce que je préfère mais c’est le jeu du KAL mystère et j’ai continué ma paire de chaussettes quand même parce que je voulais voir ce que ça donnait jusqu’au bout. Surtout que les participantes ont bien respecté les règles du jeu, personne n’a montré à quoi ressemblaient ces chaussettes pendant la durée du KAL !

Celles-là sont plutôt courtes, c’est une version socquettes simplement parce que j’ai utilisé une pelote solitaire de mon stock (la même que mes chaussettes Pissenlits) et je n’avais qu’une pelote pour faire mes deux chaussettes.



La seconde paire ce sont les chaussettes Kuma. J’avais tout de suite accroché sur la photo Instagram de Letipanda : le jeu de rayures avec des rangs raccourcis m’avait plu. Après, je vous l’avoue : j’ai foiré, j’ai choisi des laines qui ne vont pas ensemble… J’ai voulu utiliser ce que j’avais et le résultat du vert avec le bleu, je pensais que ça irait mieux au fur et à mesure des rayures mais je suis en fait très déçue du résultat… Mais j’aime vraiment bien le modèle, on peut vraiment s’amuser avec les rayures, je le referai avec une association de couleurs bien plus heureuse. J’essayerai aussi les german shorts rows pour les rangs raccourcis plutôt que les wrap & turn car je ne suis pas satisfaite, ça gondole… Bref, je n’en ai pas fini avec ce modèle !

Ce qui est certain c’est que cette année, jaurai les pieds au chaud !



P.S : l’Homme m’a volé mon appareil photo ce qui explique la piètre qualité de ces photos (ça et le mauvais temps)…


Laine : Kuma – Idéal de Bergère de France, coloris alpin et Fabel de Drops, coloris green ; Themae – Ciboulette de Bergère de France, coloris aquilon

Nawak is back !

12 déc. 2015


Vous vous souvenez de mon pull Nawak ? Fait n’importe comment, porté à peine quelques heures puis détricoté aussi sec. Depuis 2013 il patientait tranquillement jusqu’à ce que je décide de le reprendre en début d’année.


Au début, je suis repartie sur une base de n’importe quoi et au moment de commencer les augmentations d’emmanchures, je me suis dit qu’il fallait peut-être que je me calme et que je fasse les choses plus sérieusement. Je me suis souvenue dans un flash du Dressy sweater de chez Pickles qui ressemble pas mal à ce que j’essayais de faire de mon pull avec ses grandes rayures. J’ai donc rattrapé les explications du Dressy sweater en cours de route pour terminer mon pull. J’ai dû modifier la longueur car j’étais très limitée en laine, pas d’erreur possible, il me reste au final seulement 2 grammes de chaque couleur. Je l’ai un peu étiré ensuite au blocage et il tombe tout juste !


Bref, je suis bien contente d’avoir trouvé le courage de reprendre ce pull car j’aime beaucoup le résultat : un pull facile à mettre pour tous les jours, douillet et chaud.


Laine : ancienne qualité Duvetine de Bergère de France, 70 % acrylique, 30 % alpaga



Outlander Kélias

25 nov. 2015



  

Comme tous, il n’a pas été facile de revenir vers le blog. Vers cet espace dédié aux loisirs, à ce qui apparaît futile dans certains moments. J’ai fait une pause, de tout, le temps de faire que cela sonne moins faux et irréel. Le temps que la vie reprenne. Certains ont besoin de parler, j’ai choisi le silence.
Et puis c’est ainsi, la vie reprend. J’ai pu participer au salon Création & Savoir-faire la semaine dernière sur le stand de La Fée fil et cette petite bulle enchantée, hors du temps et des informations de ces derniers jours, entourée de personnes et de couleurs m’a permis de refaire surface.


Et donc, je reviens parce que je voulais vous montrer mon châle Kélias, tricoté avec les magnifiques laines de La Fée fil. Pour celles et ceux qui sont venus sur le stand, vous avez pu l’admirer et le papouiller. J’ai utilisé les couleurs Mare Magnum, le bleu profond, et Oncle Emerald pour le vert émeraude qui est vraiment superbe. Le tout en mérisoie pour ce côté brillant et une douceur de dingue.
Le patron est sorti l’année dernière et il est signé Bérangère Caillau alias L’île aux fils. Avec des rayures dans tous les sens et des trous-trous, j’ai accroché tout de suite. Le temps de trouver la bonne combinaison de laines chez Cécile, je l’ai commencé cet été. Je l’ai tricoté presque d’un coup, devant la première saison d’Outlander (j’ai adoré !) et ces couleurs me rappellent les tartans écossais.


Laine : Mérisoie de La Fée fil, coloris Mare Magnum et Oncle Emerald


Des écheveaux comme déco

10 nov. 2015


  
Quand on a de la belle laine, c’est dommage de la cacher, autant la montrer !
J’ai d’abord adoré ce principe chez Cocotte knits dont la grosse épingle à nourrice remplie d’écheveaux est en fond de tous ses podcasts. J’ai ensuite complètement craqué sur la façon Mandarine’s, très douce et naturelle, un bout de bois simplement soutenu par un fil.
J’ai donc récupéré un bout de bois (le tuteur de mes tomates cerises, elles n’en auront plus besoin) auquel j’ai retiré l’écorce. Une fois l’écorce enlevée, j’ai bien poncé mon bâton histoire qu’une écharde ne vienne accrocher les écheveaux. Puis j’ai pris un bout de laine, deux nœuds à chaque bout et voilà mon objet déco !


J’en profite pour présenter ainsi mes petits écheveaux teints avec des colorants alimentaires. Comme ce sont surtout des tests, je ne suis pas sûre d’en faire quelque chose mais je les trouve jolis et plein de couleurs alors c’est une super façon des les utiliser !




Trigonométrie et Captain America

2 nov. 2015



Au mois d’août, j’ai craqué sur le teaser d’un KAL mystère pour un châle appelé Trigonometry et organisé par Cloud 7 Knits sur Ravelry, ce teaser prédisait des rayures et une forme inhabituelle de châle. Et avec un nom pareil, qui m’évoquait de multiples turpitudes mathématiques, je me suis engagée ! En plus, je n’avais encore jamais fait de KAL mystère, c’est-à-dire que l’on ne sait pas ce que l’on tricote, le modèle est divisé en plusieurs étapes qui sont révélées petit à petit. Pour celui-ci, il y avait trois étapes espacées de dix jours, cela m’a paru réalisable (au début).
Le choix des couleurs s’est fait rapidement, même sans avoir une idée du modèle sous les yeux. J’essaye toujours de vider mon stock, j’ai donc pris des restes de monColor affection associés à une autre couleur que j’avais en stock, un rouge-violet. Cest quand j’ai commencé à le tricoter, je me suis rendue compte que c’était en fait les couleurs de Captain America !


Après, il faut se laisser guider par les explications et au début, j’ai eu un peu de mal à comprendre la construction. Il s’agit en fait d’un châle triangulaire que l’on reprend des deux côtés pour les continuer mais en sens inverse. Et pour les rayures et le point, c’est libre ! On peut aussi bien le faire en point mousse qu’en jersey. C’est cette version que j’ai choisie après avoir fait plusieurs châles en point mousse déjà.


Au final, j’ai mis plus du mois prévu pour le faire car les rangs étaient très longs. Et puis, il est immense ce châle, impossible de l’avoir en entier sur les photos ! J’avais l’impression de tricoter une couverture. Mais j’adore, je peux faire plusieurs tours autour du cou !
Le principe du KAL mystère m’a bien plu même si je pense que je ne le ferai pas avec n’importe quel créateur car je pense qu’il faut avoir confiance et aimer le travail de quelqu’un pour se lancer les yeux fermés, tous les KAL mystère ont leurs déçus. Pour celui-là, quand j’ai vu la description, je savais que je ne risquais rien !


Laine : Garnstudio Drops Alpaca, 100 % alpaga








Plantain aux étoiles

6 oct. 2015



Moi aussi, j’ai succombé à ce classique de la garde-robe fait main, à savoir Plantain de Deer&Doe. Je rêvais du modèle en version robe, en jersey, avec une coupe ample, la parfaite petite robe pour être à l’aise tous les jours.

Le modèle est très facile à coudre, idéal pour les débutantes comme moi. J’ai suivi le tuto à la lettre et j’ai ainsi appris à poser un élastique. J’ai fait la version manches trois-quarts (encore une question de poignets à l’air).
J’avais une grosse appréhension avec le jersey car ma machine a bien 30 ans et j’ai eu très peur que ma machine ne le digère pas, j’avais déjà eu des problèmes avec des jerseys fins et élastiques mais c’est passé tout seul ! Sans doute parce que mon jersey de coton est très épais. J’avais craqué pour ce tissu imprimé étoile car j’adore les motifs étoilés (mais je me soigne, j’ai arrêté d’acheter des choses juste parce qu’il y a des étoiles dessus). Pour les points adaptés au jersey, j’ai un peu galéré : qui dit vieille machine, dit pas de point jersey. J’ai commencé les ourlets des manches et la couture de l’élastique chez moi et j’ai fini le col et l’ourlet du bas chez ma mère avec sa super machine moderne à deux aiguilles pour le jersey.



Mon seul regret c’est qu’elle est un peu longue et comme le tissu est épais, il y a comme une impression de lourdeur dans cette robe. J’avais pourtant prévu moins de tissu que ce qui est recommandé : 1,80 m au lieu de 2 m et j’avais bien encore 10 cm de trop en bas que je n’ai pas voulu couper pour ne pas gâcher (j’aurais même pu aussi réduire la largeur). Je me dis qu’un jour, je trouverai bien le courage de refaire l’ourlet… 

Maintenant, je n’ai qu’une envie, c’est de remettre ça avec la couture du jersey, avec une autre robe Plantain et aussi un t-shirt selon le modèle Jasmin de Cozy little world.


Tissu : jersey de coton étoilé de Ma petite mercerie

Crédit photo : Morgane

Le châle Tigrou

16 sept. 2015




Ah la fin de l’été, le retour de l’automne… Tout ça me réjouis pour une bonne raison : je peux enfin sortir mon châle Tigrou !

La grande histoire de mon châle Tigrou commence ici…
Lors de mon voyage en Nouvelle-Zélande à la fin de l’année dernière, j’ai découvert la spécialité locale en matière de laine : la laine de possum. Le possum, ou opossum en français, est une sorte de gros rat poilu qui pullule là-bas et dont ils essayent de se débarrasser car cette bestiole mange les œufs ou les oisillons. Les rats, les opossums et les furets car ceux-ci n’ont pas de prédateurs directs, ils sont donc nombreux. De plus, certaines espèces d’oiseaux ne volent pas et sont alors des proies faciles. Donc les néozélandais mettent en place des campagnes pour les éradiquer en mettant du poison dans les forêts, ce qui n’est peut-être pas la meilleure des solutions… Bref, en Nouvelle-Zélande, les opossums, on les voit surtout morts, écrasés sur les routes... Les fourrures sont récupérées et mélangées avec de la laine mérinos ce qui donne une laine hyper chaude et très douce. (J’ai réalisé seulement un peu plus tard que j’avais quand même de la fourrure de possum autour du cou…) J’ai flashé là-bas sur des écheveaux teints à la main par Touch Yarn et j’ai choisi un écheveau magnifique qui mélange du violet, du bleu nuit, du rouille et du moutarde. Je n’aurai jamais cru aimer ces couleurs mais je ne sais pas, c’est l’exotisme de la Nouvelle-Zélande peut-être…



En revenant, j’ai très vite voulu faire quelque chose de mon écheveau. J’ai cherché un modèle de châle et j’ai commencé avec le Stucco. Mais ce modèle ne convenait pas à ma laine, trop nuancée, je ne voyais pas les différences de points. Je suis donc repartie en recherche d’un modèle avec du jersey, pour mettre en valeur la laine et j’ai trouvé le modèle Light and up.
J’ai tricoté très vite ce châle car j’étais fascinée par les changements de couleurs. Mais je l’ai tout de même fini au mois de mai et il faisait déjà trop chaud pour le porter. Et maintenant c’est bon ! Je peux parader avec mon châle de Nouvelle-Zélande, qu’il est beau, qu’il est doux et qu’il est plein d’histoires !


Laine : Possum Merino handpaint de Touch Yarn


Crédit photo : Morgane

L’autre pays du fromage

10 sept. 2015


 

Ceux qui me connaissent ne vont pas comprendre pourquoi je parle de fromage alors que je déteste ça… Mais cela vient du tissu utilisé pour ce haut ! Au départ, j’avais ce tissu que l’on m’a donné, un tissu à rayures bleues, blanches et rouges, bien français (« bleu, blanc, rouge… Je suis François le français ! ») mais moi, je préfère les rayures horizontales alors j’ai utilisé mon tissu dans l’autre sens ! Et hop, mon haut n’est plus une référence à la France mais aux Pays-Bas ! « L’autre pays du fromage ! »



Le patron c’est le célèbre Sorbetto, un patron de chez Colette Pattern, en anglais et gratuit. J’y ai ajouté des manches selon un tuto de Sew, incidentally. Ce patron est sympa car très simple mais le jeu du pli sur le devant lui donne une petite touche originale.
J’ai bien eu peur sur les raccords de rayures, c’était ma première fois et je suis plutôt contente de moi !
 

J’ai testé l’effet de ce haut sur mon entourage, je trouve qu’il a un petit côté marin mais de l’avis général, il a toujours aussi le côté « François le français »…


Matériel : tissu coton vintage + biais acheté chez Eurodif

Crédit photo : Morgane

Doux lapin

1 sept. 2015


Pour un bébé à naître, je suis tombée sur ce modèle issu d’un vieux Modes&Travaux. J’ai bien aimé l’idée de mélanger du tricot et de la couture. Et pour une petite fille, j’ai tout de suite imaginé associer un peu de mon tissu à fleurs (celui de mon haut Réglisse) avec de la laine corail spécial layette que j’avais en stock (et ainsi, je continue d’utiliser mon stock).




Pour la partie tricot, pas de difficulté, c’est juste très long de tricoter 60 cm de jersey en aiguilles 2,5 mm ! Commencé début août avec pour objectif de terminer fin août, mon tricot m’a suivi tout l’été, il a parcouru les routes de Corse et traversé la Méditerranée.
Pour la partie couture, ce fut une autre paire de manches ! Pas facile de construire cette petite tête ! J’ai dû doubler tous les éléments car mon tissu fleuri était transparent. Ensuite avec les yeux, le nez et la bouche à broder, j’ai eu bien peur de rater et que mon petit lapin ait le visage tordu mais finalement, je suis contente du résultat. Même si je trouve que mon lapin ressemble à une petite souris.

C’est un doudou pas si simple que ça à fabriquer mais l’association de la laine et du tissu fleuri donne un doudou tout mignon et bien pratique à prendre en main pour le bébé.

Matériel : tissu Les Coupons de Saint-Pierre, laine Ciboulette de Bergère de France

Pull Tropico

20 août 2015


Je continue mon destockage de laine avec ce pull qui m’a permis dutiliser pas mal de stock. Si vous ne l’avez pas reconnu, il s’agit du pull au crochet Phildar qui avait pas mal tourné sur le net l’année dernière, je vous en avais parlé dans cet article. J’ai fait une version tricolore avec des couleurs qui claquent !


J’ai utilisé des pelotes de fil acrylique, oui bouh ! (Dailleurs, vous avez lu cet article dAhora Knits sur le snobisme autour des laines en acrylique ?) J’avais pas mal de stock qui date de mes débuts en tricot. Mais pour l’été, je trouve que ce n’est pas dérangeant d’avoir un pull en acrylique. Mon pull se lave facilement et il sèche vite ! Bref, un pull au crochet léger, testé pendant mes vacances, idéal pour les soirées et matinées fraîches en camping.


Niveau construction, le plus long c’est de rentrer les fils de chaque rayure ! Et puis les coutures ! Punaise, pas facile de coudre proprement les brides sur les côtés...
J’ai été à court de laine à la fin, c’est pourquoi j’ai fait des petites manches sans bleu marine ainsi que le col en bleu clair. Finalement, je crois que cela ne se remarque pas.

Laine : Miss Helen Club (vintage) coloris bleu marine ; laine Søstrene Grene pour les deux autres couleurs.


Le pull-coussin

29 juil. 2015





Vous vous souvenez de mon pull cœur ? J’avais raté un truc sur les coutures du dos et du devant, je l’ai porté quand même le premier hiver et puis le deuxième hiver je ne l’ai plus mis. Plutôt qu’il ne prenne la poussière dans mon placard, j’ai décidé de le recycler ! Vu les dimensions, j’ai pu facilement en faire un super coussin.

Pour ça, j’ai cousu les manches puis le haut juste sous l’encolure avec plusieurs coutures pour éviter que la laine ne s’effile car après, il faut couper autour des coutures. J’ai glissé mon coussin à l’intérieur et refermé derrière en cousant à la main.

Je suis bien contente du résultat car la laine est douce et vu le temps que j’ai passé à tricoter ce pull (mon premier tricot en jacquard !) même si je ne mets pas, il aura une belle seconde vie !