Les chaussettes du pêcheur

29 oct. 2014



J’ai commencé ces chaussettes cet été. Les chaussettes, c’est LE projet à trainer l’été : c’est petit donc on peut le trainer partout, c’est petit donc ça ne tient pas chaud (et comme je passe mes étés en Espagne, c’est un critère important) et c’est assez long pour m’occuper un bon moment, je n’ai d’ailleurs fait qu’une chaussette et un quart en trois semaines, avec pourtant beaucoup de voiture. Elles étaient aussi dans mon sac de randonnée, pour tricoter pendant que l’Homme pêchait, avec les couleurs un peu camouflage, elles sont devenues les chaussettes de pêcheur !

Ces chaussettes, c’est le modèle bien connu des chaussettes de la schtroumphette, un tuto simple, efficace et pile-poil à ma taille (taille 39). Je n’ai pas fait la petite torsade derrière pour ne pas avoir à réfléchir en tricotant, tout faire en jersey, ça m’allait très bien ! Bon, si vous êtes fin observateur, vous avez vu que je n’ai vraiment pas du tout réfléchi puisque une des chaussettes est plus grande que l’autre, mais ça maide à savoir laquelle est ma chaussette droite et laquelle est ma chaussette gauche...

C’est donc ma deuxième paire de chaussettes, pas suffisant pour garder mes orteils au chaud avec l’hiver qui approche alors je me remets tout de suite au travail sur une nouvelle paire !


Matériel : Drops Fabel coloris green mix

Mon pull Dahlia {tuto}

20 oct. 2014



Comme promis, je vous ai préparé un tuto pour mon pull Dalhia. J’ai simplement mis au propre les notes prises pendant mon tricot. C’est un pull très simple et rapide à faire, basé sur la forme d’un pull tube, c’est-à-dire qu’il se tricote en une pièce et nécessite ensuite une couture de chaque côté. J’espère que ce sera assez clair et que ce tuto vous plaira. Si vous percevez des erreurs ou incohérences, n’hésitez pas à me le dire et je corrigerai.

https://drive.google.com/open?id=0B634gwT-QrVRTFFtYlVobFpzNGs




Tote-bag brodé au motif géométrique

14 oct. 2014



Ça faisait un moment que je voulais m’essayer à la broderie après avoir vu pas mal de choses sur le net. Et puis, on m’a offert ce super livre : 100 Idées déco avec les tambours à broder paru aux éditions Mango qui m’a donné encore plus d’idées !

Et quand j’ai voulu décorer un tote-bag à offrir, c’est la broderie qui m’est venue en tête car je voulais un motif central et des traits nets. Je cherchais un modèle simple et géométrique et je l’ai trouvé dans ce livre. J’ai bien agrandi le modèle, tout décalqué en gardant les lignes droites et après j’ai commencé mes points. J’ai fait tout ça bien minutieusement (en me plantant l’aiguille de nombreuses fois dans le doigt), mais sûrement pas de façon très académique car je ne sais pas vraiment comment s’appelle ce point, j’ai fait plusieurs essais et c’est ce qui me paraissait le plus joli.


J’ai adoré le résultat, j’avais bien envie de le garder pour moi ! Je pense que je vais vite me remettre à la broderie, en essayant d’autres techniques, d’autres points.


P.S : le blog fête aujourdhui ses trois ans ! Que de choses racontées, d’idées échangées et de motivation grâce à vos lectures et vos petits mots d’encouragement ! Merci pour ces trois années !

Et si vous ne lavez pas encore fait, allez voter mon mon sac pour le concours Arte Creative : votez ici !

Le bleu de travail prend le large

2 oct. 2014

 

 La semaine dernière, je me suis carrément enflammée en voyant le concours d’Arte Creative : Fully Fashionned. Il s’agit de créer des pièces à partir de vêtements récupérés. J’aime assez ce concept de récupération, d’upcycling et j’ai décidé de me lancer un gros gros défi couture.


Cet été, en fouillant dans les poubelles (mon dicton : les poubelles des uns sont les trésors des autres), j’ai trouvé deux bleus de travail tout neuf, avec une vieille étiquette datée des années 1980. Je les ai pris en me disant que j’en ferai sûrement quelque chose. Et c’est pour le concours que je me suis lancée et j’ai décidé de transformer ce bleu de travail en sac weekend (tu la vois l’ironie du bleu de travail en sac weekend ?).


La doublure est aussi récupérée puisque c’est une taie d’oreiller que l’on m’a donnée. En gros, pour ce sac, je n’ai acheté que les sangles et la fermeture éclair (soit environ 12€).



Pour le modèle, j’ai regardé plein de sacs afin de voir comment ils se construisaient, quelles pièces il fallait couper et après j’ai dessiné un patron un peu à ma sauce selon ce que j’avais comme tissu. 


Parce que vous vous doutez bien que la principale contrainte de ce projet c’est l’économie de tissu ! Heureusement, mon bleu de travail était en taille 46 ce qui m’a permis d’avoir pas mal de tissu mais à la fin, il ne restait plus rien du tout, j’ai dû faire quelques pièces en plusieurs fois (le fond notamment) et pareil pour la doublure (un des côté est fait de trois bouts de tissu…).
J’ai choisi de ne pas trop dénaturer le bleu de travail, car sa couleur est reconnaissable mais je voulais vraiment que l’on voit ce que c’était c’est pourquoi j’ai gardé toutes les poches et surtout la petite étiquette avec la marque. Les poignets sont utilisés pour servir de poignées. Bref, tout se transforme !


En ce qui concerne la doublure, rien que de penser à coudre mes pièces à l’envers pour l’endroit, de retourner et que ça doive correspondre parfaitement avec le reste, m’a donné de l’urticaire et des sueurs froides alors j’ai préféré tout coudre ensemble, les pièces du devant et la doublure. Pour cacher la misère, je les ai faites disparaître sous du biais, un reste de ma demi-Réglisse pour suivre le concept de recyclage jusqu’au bout !


Le plus dur ça été de faire vite ! J’y ai passé toutes mes soirées pendant une semaine, en réfléchissant bien à chaque étape de construction et en essayant de ne pas faire de bêtises ! Le résultat me satisfait complètement, je suis même ultra fière de mon travail !


Si vous aimez cette transformation, vous pouvez aller voter pour mon projet Le bleu de travail prend le large et pour les autres, sur le site Arte Creative. Vous pouvez même dire à votre mère, vos collègues et vos amis d’aller voter, enfin je dis ça, je dis rien…